Mois du film documentaire

AddThis Social Bookmark Button
Imprimer

mois du doc

 

Depuis 2009, la Médiathèque Intercommunale de Sarzeau participe à la manifestation du Mois du Film Documentaire en diffusant au cinéma Le Richemont de Sarzeau un documentaire et en faisant intervenir un spécialiste de la question.

 

Le Mois du doc réunit près de 2000 lieux culturels, sociaux et éducatifs, en France et dans le monde, qui diffusent plus de 1600 films documentaires au mois de novembre. C’est l’occasion de découvrir une diversité d’œuvres à travers des programmes originaux et éclectiques !

 

En 2015, projection de "Mélancolie des beaux jours" :

Woosuk Yun, une septuagénaire pleine de ressource, vit dans un village de pêcheurs de la baie de Suncheon, en Corée du Sud. Dans les décors magnifiques qu'offre cette région du Pays du matin calme, nous la suivons au gré des saisons, alors qu'elle s'adonne avec énergie et panache, comme un homme, aux travaux des champs, à la pêche et à la vente de poissons. 
Elle est mariée à un homme alcoolique, qui se moque des efforts qu’elle doit faire quotidiennement, de l’aube au coucher du soleil pour subvenir à leur besoins. Elle ne s’empêche pas d’ailleurs de s’en plaindre auprès de lui durant ses rares moments de sobriété ou lorsqu’il ne dort pas. Pourtant après la mort de cet époux indigne, qu’elle considérait comme un fardeau, Woo-suk pleure pour la première fois en soixante-dix ans.
Un film d’une rare poésie réaliste. Un documentaire qui confirme l’émergence du cinéma indépendant de la péninsule coréenne. 

 

 

 

En 2012, projection de "L’Art Noir en Afrique du Sud " :

 

Si tout un chacun connaît l’importance du conflit Sud-Africain, trouvant ses racines dans la pauvreté, le racisme et la ségrégation, ce que l’on sait moins, est que ces affrontements se retrouvent dans le monde symbolique de l’art visuel. Le film appréhende ce phénomène par le biais d’un art mal connu : celui de l’art nègre. Pour la première fois à l’écran, les noirs Sud-Africains révèlent les sources de leurs traditions et leur richesse. Ils racontent comment cet art est devenu un formidable moyen de communication. L’art Nègre en Afrique du Sud montre sous un nouveau jour «les politiques» de la culture, celles par lesquelles les gens eux-mêmes revendiquent le droit de s’exprimer et le droit à leur propre identité.

 

 

 

En 2011, projection de "Anita Conti, une vie embarquée" :

C'est l'histoire d'une femme dont on disait qu'elle avait la mer dans le sang. 
En 1952, à 53 ans, Anita Conti va vivre ce qu'aucune femme n'avait vécu, cinq mois à bord d'un chalutier de la Grande-pêche sur les bancs de Terre-Neuve.
Les marins ne savent pas que c'est un écrivain qui va partager leur quotidien. Un an plus tard paraît “Racleurs d'océans”, un coup de tonnerre dans la littérature maritime.
Comment raconter l'histoire d'une aventure qui a déjà été racontée par sa protagoniste ?
Les images d'archives tournées à bord par Anita Conti sont conjuguées au présent, tandis que celles du réalisateur, tournées sur un chalutier industriel, sont mises à distance. Au croisement des temporalités naît un récit entre le regard d'Anita Conti et celui du réalisateur.

 

 

 

 

En 2009, 4 projections : 

 

  • Sur les ailes du temps
  • Brumachon, allers et retours

    Crossing the bridge : the sound of Istanbul

    Frida Kahlo : Entre l'extase et le douleur